© 2018 Jeanne Crousaud - Tous droits réservés

OPERA MAGAZINE N°137

                                             "Le rôle est ici tenu par Jeanne Crousaud, et il semble évident que cette jeune soprano fera parler d'elle dans                                                                 le futur. La voix est saine, très pure, avec une technique tout à fait au point ; quant à l'incarnation, elle                                                                          est pleine de charme."

 

 

 

 

CLASSIQUE AGENDA

"Avec sa tête (et son corps) en l'air, Jeanne Crousaud nous offre une Princesse adorable, dont on admire la voix de colorature s'envolant dans les hauteurs."

 

 

DIAPASON

"Petit Prince de Michaël Levinas de Lille au Châtelet, Jeanne Crousaud confirme son aisance dans les eaux mouvantes du bel aujourd'hui grâce à son soprano léger, bien sûr — le personnage adresse un clin d'oeil mécanique à la poupée Olympia des Contes d'Offenbach — mais surtout son éloquence."

(Article disponible sur : https://www.diapasonmag.fr/actualite/a-la-une/a-lille-puis-favart-une-princesse-legere-savante-mais-tous-publics-27969)

RESMUSICA

"Dans le rôle titre, Jeanne Crousaud, qui nous avait enchanté dans Le Petit Prince de Michaël Levinas, domine son monde, habile comédienne, sémillante et aérienne comme l'est aussi sa voix, légère à souhait."

(Article disponible sur : http://www.resmusica.com/2017/12/20/la-princesse-legere-de-violeta-cruz-donnee-a-lille-en-creation-mondiale/)

LA VOIX DU NORD

"Mention spéciale à Jeanne Crousaud, qui de sa voix soprano, parvient à nous faire croire qu'elle est une plume."

(Article disponible sur : http://www.lavoixdunord.fr/280662/article/2017-12-14/la-princesse-legere-ou-comment-perd-la-gravite#)

CLASSIQUE NEWS

"Enfin saluons la prestation finale des 3 nymphes, qui réinscrivent au III, la présence des eaux du lac de l’Ondin. Jeanne Crousaud, Yumiko Tanimura et Aurore Ugolin restituent à la séquence, sa filiation évidente avec l’oeuvre wagnérienne, la tragédie de Rusalka est une légende qui prend sa source et s’achève dans le mystère aquatique."

(Article disponible sur : http://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-tours-opera-le-19-mai-2017-dvorak-rusalka-serenad-uyar-m-schelomianski-kaspar-zehnder-d-kaegi/)

OLYRIX

"Les trois sopranes incarnant les Nymphes (Jeanne CrousaudYumiko Tanimura et Aurore Ugolin) sont merveilleusement équilibrées. Quand elles chantent en harmonie, leurs couleurs variées se fondent en une seule voix. Elles ont chacune une marionnette (un genre d'E.T.) à faire bouger."

(Article disponible sur : http://www.olyrix.com/articles/production/1064/rusalka-dvorak-opera-tours-critique-chronique-compte-rendu-article-21-mai-2017-zehnder-kaegi-oconnor-meeus-uyar-chum-schelomianski-cals-lifar-sabatier-grand-crousaud-tanimura-ugolin-choeurs-orchestre-symphonique-region-centre-val-loire-roussalka)

 

FORUM OPERA : CD / Le Pré aux Clercs / F. Hérold

 

                             "Jeanne Crousaud, voix fraîche et fruitée"

                             (enregistrement du Pré-aux-Clercs de F.Hérold)

                             (Article disponible sur : http://www.forumopera.com/cd/le-pre-aux-clercs-merimee-rossinien)

 

 

 

 

 

 

CLASSIQUE NEWS

"On assiste enthousiaste aux débuts de la pétillante Jeanne Crousaud en Blonde, double apparemment léger mais en vérité clairvoyant de Konstanz, qui sait manipuler l’odieux Osmin…"

(Article disponible sur : http://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-tours-opera-mozart-lenlevement-au-serail-1782-thomas-rosner-direction-tom-ryser-mise-en-scene/)

OPERA MAGAZINE N°114


"Excellentes, l'Elvira de Jeanne Crousaud et la Zulma de Svetlana Lifar, tant théâtralement que vocalement."

 

 

LE PROGRES

 

"...Jeanne Crousaud, qui joue avec la timidité que demande le rôle de la femme du Bey Elvira, n’a rien à lui envier..."

(Article disponible sur : http://www.leprogres.fr/sortir/2015/12/30/une-turquerie-abracadabrante-pour-une-fin-d-annee-depaysante)

 

OPERA MAGAZINE N°101

                                                       "...soprano travesti chanté par la radieuse Jeanne Crousaud, qui aime s'envoler dans le suraigu et                                                                                               s'amuser avec des onomatopées ou des mots évocateurs, tels que "baobabs"."

                                                       (Article disponible sur : http://opera-magazine.com/comptes-rendus/dessine-moi-un-mouton)

 

 

 

 

                                                            

 

LE FIGARO

                                                              "Réhaussée par la scénographie enchanteresse de Julian Crouch, la mise en scène de                                                                                                                Lilo Baur va dans le sens scrupleux de l'original, tout comme l'interprétation exemplaire de                                                                                                           la soprano colorature Jeanne Crousaud qui a exactement le coté immatériel du Petit Prince."

                                                               (Article disponible sur : http://www.lefigaro.fr/musique/2014/11/10/03006- 20 141110ARTFIG      

                                                                     00262-s-il-te-plait-dessine-moi-un-opera.php)

 

 

 

 

LA TERRASSE

 

- Michaël Lévinas : "Il était impossible de le confier à une voix d’enfant. Avec la soprano Jeanne Crousaud, j’ai trouvé une chanteuse qui a une expérience du baroque, de la virtuosité dans l’aigu, une technique de bel canto et la mémoire que l’on attend d’une interprète du répertoire contemporain."

(Article disponible sur : http://www.journal-laterrasse.fr/le-petit-prince-une-poesie-de-la-grace/)

 

 

LA LETTRE DU MUSICIEN

 

- "La scène finale de la disparition du Petit Prince (Jeanne Crousaud, qui porte idéalement tout le spectacle) nous ramène au lieu de départ. La narration se perd de nouveau, l’action s’immobilise, on se croirait de nouveau dans une pièce symboliste de Maeterlinck."

(Article disponible sur : http://www.lalettredumusicien.fr/s/articles/4210_0_le-petit-prince-de-michael-levinas-enchante-le-public-lillois)

 

 

ARTPRESSE N° 419

 

- "Plus encore, la palme revient au rôle titre, Jeanne Crousaud, soprano colorature Mozartienne, qui endosse si bien l'habit vert du Petit Prince, visage naïf à la tignasse d'or."

 

 

RESMUSICA

 

- "Dans le rôle titre, Jeanne Crousaud est un soprano colorature merveilleusement agile qui assume une partie très exigeante sans aucune défaillance; la voix est lumineuse et fraiche, avec une parfaite clarté d’élocution et des vocalises joliment timbrées."

(Article disponible sur : http://www.resmusica.com/2014/12/16/le-petit-prince-sublime-par-michael-levinas/)

 

 

FORUMOPERA

 

- "La soprano Jeanne Crousaud possède une voix pure et éthérée qui sied parfaitement à la pseudo naïveté du Petit Prince, et dont les vocalises acrobatiques contribuent à en faire un personnage torturé à la David Firth."

(Article disponible sur : http://www.forumopera.com/le-petit-prince-michael-levinas-lille-pour-une-esthetique-du-vide)

 

 

REGARD EN COULISSE

 

- "Les solistes du Studio de l’Opéra de Lyon, sous la direction artistique de Jean-Paul Fauchécourt, forment une troupe dynamique et séduisante. Elise Beckers (Croûte-au-Pôt) et Jeanne Crousaud (Ciboulette) sont en particulier des voix à suivre."

(Article disponible sur : http://www.regardencoulisse.com/mesdames-de-la-halle)

 

 

LE PROGRES

 

- "Ils découvriront surtout une distribution prometteuse, formée au sein du Nouveau Studio de l’Opéra, où se distingue la soprano colorature Jeanne Crousaud (Ciboulette)"

(Article disponible sur : http://www.leprogres.fr/art-et-culture/2012/05/05/les-poissardes-d-offenbach-au-cabaret)

 

 

WWW.REGARDS.ORG

 

- "Les scènes se succèdent sans temps mort, pour le plaisir des yeux – bravo pour les costumes si colorés et inventifs et les numéros de magie parfaitement intégrés – et celui des oreilles. On reconnait bien le style Offenbach, joyeux, pétillant, brillant, interprété avec toute la virtuosité qui convient par les Solistes du Nouveau Studio de L’Opéra de Lyon – notamment Jeanne Crousaud, fort belle voix de soprano, qui est une exceptionnelle Ciboulette – et que dirige avec maestria Jean Paul Fouchécourt."  

(Article disponible sur : http://www.regarts.org/regions/mesdames-de-la-halle.htm)

 

 

CLASSIQUE NEWS

 

- "L’Aspasia de Jeanne Crousaud offre une prestation très convaincante et une belle conduite de la ligne, mais il faut attendre sa scène du III pour la voir sortir d’elle-même et s’engager corps et voix dans son personnage, un superbe moment de véritable théâtre musical." (Article disponible sur : http://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-paris-cnsmdp-le-26-fevrier-2014-mozart-mitridate-enguerrand-de-hys-david-reiland-direction-musicale-vincent-vittoz-mise-en-scene/)

 

 

LA LETTRE DU MUSICIEN

 

- "Jeanne Crousaud aussi a plus d’un atoursublime dans la cavatine « Pâles ombres » à l’acte III – bien que son soprano plus effilé la destine peut-être davantage aux terres baroques."

(Article disponible sur : http://www.lalettredumusicien.fr/s/articles/2886_0_mitridate-de-mozart-au-conservatoire-de-paris)